• Notes de chevet - Françoise V. - 20/09/2018

    À la manière de Sei Shônagon dans ses Notes de chevet, nous écrivons "Les choses qui..."

    Les Notes de chevet (枕草子, Makura no sōshi?) est une œuvre majeure de la littérature japonaise du XIe siècle, attribuée à Sei Shōnagon dame de compagnie de l'impératrice consort Teishi (定子) durant les années 990 et au début du XIe siècle de l'époque de Heian.

    Wikipédia

     

     

    • Les choses qui frappent de stupeur

    Quand on lui parle ses yeux bougent. J'ai fini par comprendre : elle a un compteur dans la tête. 5-7-5. Elle compte tout en pieds et décompose : 2 phonèmes, 1 phonème et 2 phonèmes égalent 5 pieds pour un premier vers. 3 puis 1 puis 3 égalent 7. 7 pieds. Deuxième vers. 2 puis 1 puis 2 égalent 5 à nouveau. Troisième vers. Tout son univers est Aïku.

    On est en juillet. Je dois demander au voisin si les travaux au brise roche vont durer tout l'été. Justement le voilà qui discute derrière le grillage.
    - Bonjour, excusez-moi. Vous...
    -Vous ne voyez pas que je suis occupé ! Aboie-t-il

    Lorsque je rends visite à Marie-Christine à mon retour de vacances, je reconnais dans sa chambre sur le dossier de sa chaise la chemise de mon mari.

     

    • Les choses qui distraient des moments d'ennui

    Fuir cette soirée et partir seule sur la plage. Songer à retourner à cette soirée, peut-être.

    Je ne m'ennuie jamais. Est-ce que l'ennui me distrairait ?

    Accrocher le tableau de l'entrée à l'envers. L'occasion pour lui de dire autre chose et de manifester sa rébellion face au dictât de l'artiste.

    Commander des pizzas ce soir et éviter de contempler les brocolis dans le tiroir du réfrigérateur vide.

    Prendre mon Calepin et écrire R-I-E-N

     

    • Les choses qui semblent pures

    Elle dort profondément, la joue appuyée sur l'oreiller, une petite auréole humide au coin des lèvres entr'ouvertes.

    Tous les muscles bandés il saute comme un cabri d'un rocher à l'autre au dessus du torrent bouillonnant, tendu vers le ciel.

    La ligne de partage entre falaise et prairie mangées par la brume, occupée par le chamois.

    Le lever du soleil en pleine mer sur l'horizon au moment où tout est fondu dans la lumière indécise. C'est fugace. Très vite la chaleur nous écrase.

     

    • Les choses vulgaires
    C'est comme l'ennui, il faut vraiment chercher. Ma voisine, celle dont le mari aboie,
    pomponnée zumba, qui gaspille l'eau potable chaque matin pour laver sa terrasse sous les pins, avec son mobilier d'extérieur en caoutchouc orange vif, ça c'est le crocodile, et argenté, les poufs énormes.

    Le chasseur tire en l'air. Il crie « j'en ai marre de vos promenades à cheval là où je chasse ! Tirez-vous ! » « Mais vous chassez quoi, bon sang, dans cette pampa ? » Il est 17 heures. « eh bien, les palombes ! » En colère il fouille sa besace et jette deux pigeons à nos pieds.

     

    • Les choses qui ne servent plus à rien mais qui rappellent le passé

    Dans ma chambre il y a un carton. Dans le carton de la laine en pelotes. Les pelotes sentent le mouton. Les couleurs chaudes sont naturelles : écorces, racines, cochenille. Pas un ver. Sous les pelotes se trouvent les outils en bois qui font passer la laine d'écheveaux à pelote. Les enfants grandissent trop vite.

    Ma copine part au canada début novembre. Je lui prête ma vieille doudoune Jamet orange. Elle sent l'odeur de fioul de l'ancien bateau où elle a séjourné plus de vingt ans dans le placard à cirés.

     

    • Les choses qui font rire

    Vous connaissez l'histoire des trois petites chattes sur la route ?
    Il y a une flaque. La première y met la patte, une voiture passe, l'écrase. La deuxième y met deux pattes. Une voiture passe. Écrasée la petite chatte. La troisième s'y roule, une voiture passe qui l'écrase.
    Devant Saint Pierre assisté de Saint Chose et Saint Truc, elles sont jugées :
    -1/ pauvre petite chatte ! Tu n'as rien fait de mal. C'est le paradis pour toi.
    -2/ pauvre petite chatte ! Tu n'as rien fait de mal. Tu vas au paradis.
    -3/ pauvre petite chatte, tu...AH ! Tu t'es roulée dans la flaque ? Tu vas en enfer.
    Plus les chattes sont mouillées, et plus les saints sont durs.

    Françoise V.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :